Skip to main content

Title

Étude clinique - Fischman

Étude clinique - Fischman

Emploi d’un rince-bouche à base d’huiles essentielles par des patients atteints de xérostomie : détermination du potentiel d’irritation de la muqueuse buccale23

- Fischman SL, Aguirre A, Charles CH. Am J Dent. 2004;17(1):23-36.

Objectif

Évaluer le potentiel irritant d’un rince-bouche contenant des huiles essentielles (antiseptique LISTERINE®) chez une population de sujets présentant une xérostomie (diminution de la salivation) objectivée au moyen d’un modèle d’exposition clinique exagérée (n = 18).

Méthodologie

Étude croisée, à l’insu de l’observateur menée auprès de sujets (âgés de ≥ 18 ans) ayant des antécédents de xérostomie causée par la médication ou le syndrome de Sjörgren, et un débit salivaire non stimulé < 0,25 ml/minute.

Fischman study

Les sujets ont été répartis au hasard en deux groupes:

Groupe de traitement par l'antiseptique LISTERINE® OU Groupe témoin avec solution hydroalcoolique à 5%

Les sujets ont reçu les instructions suivantes:

Se rincer la bouche avec 20 ml du rince-bouche qui leur a été assigné, pendant 30 secondes, 3x par jour. 14 jours

Après une période sans traitement d'une semaine, les sujets sont retournés au site de l'étude et sont passés à l'autre groupe de l'etude. À la première visite et à la visite de changement de groupe, le taux d'écoulement salivaire a été évalué au départ evant l'utilisation du rince-bouche, puis 5 minutes après le rinçage de la bouche. Pour chacun des deux rince-bouche, un examen des tissus mous de la bouche a été effectué au départ puis aux jours 7 et 14.

Résultats

Le potentiel d’irritation de la bouche associé au rince-bouche aux huiles essentielles était minime.

  • Le rince-bouche a été bien toléré par tous les sujets
  • Pendant la durée de l’étude, aucun sujet, à l’exception de 2, n’a eu de lésions au niveau des muqueuses buccales qui pourraient être attribuées au rince-bouche à l’étude
  • 2 sujets ont présenté une pellicule blanchâtre asymptomatique au niveau de la muqueuse buccale après avoir utilisé le rince-bouche aux huiles essentielles pendant 7 jours (la pellicule s’est enlevée facilement, laissant apparaître une muqueuse normale non érythémateuse). Chez les deux sujets, la muqueuse s’est avérée normale à l’examen du 14e jour.

Conclusion

L’antiseptique LISTERINE® n’assèche pas les tissus et peut accroître le débit salivaire.

Comparativement au rince-bouche témoin, l’emploi exagéré du rince-bouche aux huiles essentielles n’a pas entraîné de sécheresse buccale observée ni de différence cliniquement significative de l’irritation de la bouche, même chez les sujets atteints de xérostomie qui seraient les plus susceptibles à la « sécheresse ».