Skip to main content

Title

Rince-bouche LISTERINE® : Innocuité et tolérabilité

Rince-bouche LISTERINE® : Innocuité et tolérabilité

L’antiseptique LISTERINE® est le rince-bouche le plus étudié et le plus testé au monde, avec plus de 30 essais cliniques à long terme portant sur son innocuité et son efficacité42.

Il n’existe pas de lien causal entre les rince-bouche à base d’alcool et la sécheresse buccale

Durant les essais cliniques :

  • Sûrs en présence de xérostomie23
  • Ne causent pas de sécheresse buccale23-25

Fischman, et coll. American Journal of Dentistry 2004;17(1):23-2623

  • 14 jours d’emploi exagéré (3x par jour; au-delà de la dose recommandée) par des sujets xérostomiques en raison du syndrome de Sjögren.
  • Résultats : Tolérabilité favorable, aucune sécheresse de la muqueuse buccale et pas de réduction du débit salivaire. 

Kerr, et coll. Quintessance International 2007;38(8):41-4824

  • Étude-pilote croisée de 2 semaines, avec répartition aléatoire, portant sur l’emploi de rince-bouche à base d’alcool et sans alcool chez des adultes en bonne santé.
  • Résultats : Pas de différence significative entre le groupe du rince-bouche avec alcool et celui du rince-bouche sans alcool, sur le plan du débit salivaire ou de la sensation de sécheresse buccale telle que signalée par les patients. 

Kerr, et coll. Journal of Dental Research 2011;90 (Special Issue A): Résumé25

  • Étude clinique de 3 mois comparant l’effet de deux rince-bouche sur le débit salivaire et la sensation de sécheresse buccale.
  • Résultats : Le rince-bouche aux huiles essentielles, à base d’alcool, ne risquait pas plus de causer une réduction du débit salivaire ou une perception de sécheresse buccale qu’un rince-bouche sans alcool au chlorure de cétylpyridinium (CPC).

Il n’existe aucun lien entre les rince-bouche à base d’alcool et le cancer de la bouche

Durant les essais cliniques :

  • Aucun lien crédible avec le cancer de la bouche26-29
  • L’antiseptique LISTERINE® est le rince-bouche le plus testé au monde, avec plus de 30 essais cliniques à long terme portant sur son innocuité et son efficacité42

Food and Drug Administration. 2003 Federal Register 2003; 68(103):32232-3228726

  • Le sous-comité de la FDA a examiné 7 études de cas-témoins.
  • Conclusion : « Les données n’appuient pas l’existence d’un lien de causalité entre les rince-bouche à base d’alcool et le cancer de la bouche. Par vote unanime… » 

Cole, et coll. Journal of the American Dental Association 2003; 34(8):1079-108727

  • Examen de 9 études cas-témoins, publié dans le JADA
  • Résultat : Les rince-bouche à base d’alcool n’augmentent pas le risque de cancer de l’oropharynx
  • « …le poids de la preuve laisse fortement entendre que l’utilisation de rince-bouche à base d’alcool n’accroît pas le risque de cancer de l’oropharynx. Les dentistes praticiens peuvent recommander à leurs patients d’utiliser le rince- bouche de leur choix, y compris un rince-bouche contenant de l’alcool. »

La Vecchia, et coll. Oral Oncology 2009;45:198-20028

  • Résumé critique de données publiées
  • Résultat : Le lien entre l’emploi d’un rince-bouche (plus spécifiquement d’un rince-bouche à base d’alcool) et le cancer de la bouche n’est pas appuyé par les preuves épidémiologiques.
  • « La répartition des risques ne diffère pas en ce qui concerne les rince-bouche à base d’alcool par rapport aux autres types de rince-bouche. Encore une fois, cela semble indiquer l’absence d’une association pertinente entre les rince-bouche à base d’alcool et le risque de cancer de la bouche. »

Boyle, et coll. Oral Surgery, Oral Medicine, Oral Pathology, Oral Radiology, and Endodontology 2011; 112;(6):e13029

  • Résultat : Aucun lien entre l’emploi d’un rince-bouche à base d’alcool et le risque de cancer de la bouche.
  • « L’analyse quantitative de toutes les études épidémiologiques publiées sur le lien entre l’emploi d’un rince-bouche et le cancer de la bouche n’a révélé (1) aucun lien statistiquement significatif entre le rince-bouche et le risque de cancer de la bouche, y compris aucune tendance significative du risque associé à l’emploi quotidien; et (2) aucun lien entre l’emploi d’un rince-bouche à base d’alcool et le risque de cancer de la bouche. »
3 Essential Oils

La combinaison fixe pénètre en profondeur dans le biofilm de la plaque pour tuer les bactéries et en inhiber la croissance.

Scientific innovation

Bien qu’il s’agisse d’un ingrédient inactif, l’alcool joue deux rôles essentiels dans l’efficacité des rince-bouche antiseptiques LISTERINE®.